Archives du mot-clé Luzy

Charles Collignon extrait 4

Extrait du récit de Charles Collignon “Inor mon village”

Charles Collignon est un habitant d’Inor qui fut témoin indirect des premiers jours de l’occupation allemande dans cette localité. Il est bien connu à Inor pour avoir publié en 1964 un opuscule intitulé “Inor, mon village”.
Le texte, ci-dessous, est retranscrit à l’identique de celui de l’opuscule.

[…] Pendant cette première journée de contact entre le civil et l’ennemi, les incidents furent peu nombreux. Tout le monde était dans sa cave, à l’exception de quelques ivrognes qui, ayant dévalisé les caves du familistère, cuvaient leur vin dans les greniers.

Vers onze heures du matin, le maire E. Trussy avait été sommé d’avoir à fournir et à monter au bois dans un délai d’une heure, X quintaux d’avoine et X litres d’eau.

Lire la suite Charles Collignon extrait 4

Souvenir de guerre de C. Tuot (4)

Habitant de Luzy-Saint-Martin, Charles Tuot raconte le combat de Luzy et l’occupation de Martincourt-sur-Meuse comme les ont vécus les villageois.
Le texte retranscrit par l’abbé Mellier est édité ci-après sans retouche du fond et de la forme.

[…]Toute la nuit nous entendîmes les convois traverser la prairie, certaines voitures non sans difficulté.

Le dimanche 30 au petit matin, nous gagnâmes le pont sans encombre. Arrivés là, les sentinelles ne voulurent pas nous laisser passer ; mais au bout d’un instant, après avoir consulté le chef de poste et vérifié le contenu de nos poches, ils nous permirent de traverser le pont, ce que nous fîmes rapidement.Nous primes alors la direction du village où nous arrivâmes pour déjeuner.

Lire la suite Souvenir de guerre de C. Tuot (4)

Charles Collignon extrait 3

Extrait du récit de Charles Collignon  “Inor mon village”

Charles Collignon est un habitant d’Inor qui fut témoin indirect des premiers jours de l’occupation allemande dans cette localité.  Il est bien connu à Inor pour avoir publié en 1964 un opuscule intitulé “Inor, mon village”.
Le texte, ci-dessous, est retranscrit à l’identique de celui de l’opuscule.

“Le village est complètement vide de Français.” Car d’autres éclaireurs ont fait de même dans l’autre partie du village.
Voici encore six cavaliers. Tous les habitants sont rentrés chez eux. Une demi-heure se passe. Tout à coup voici l’infanterie. Elle débouche de tous les côtés, par le chemin de Malandry, par le sentier des Vignes en face de chez nous, par le jardin Dumont, par la croix.
Elle se range sur le côté gauche de la route tout près de nos maisons, sans un cri, sans un mot, presque sans bruit. Maintenant, dans notre rue il y a à peu près un demi-bataillon. Un coup de sifflet, et la colonne se met en marche vers Moulins.

Lire la suite Charles Collignon extrait 3

Souvenir de Guerre de C. Tuot (3)

Habitant de Luzy-Saint-Martin, Charles Tuot raconte le combat de Luzy et l’occupation de Martincourt-sur-Meuse comme les ont vécus  les villageois. Le texte retranscrit par l’abbé Mellier est édité ci-après  sans retouche du fond et de la forme.

Au bout d’un moment, je demandais à un des soldats qui nous gardait pour entrer dans la grange voisine, mais il me fit remarquer une lucarne qui se trouvait dans le fond et par laquelle les balles pourraient entrer et ricocher. Nous attendîmes un bon moment au bout duquel on nous fit passer dans la grange en face, nous faisant asseoir contre le mur. Pendant ce temps, l’incendie allumé par la main des Allemands faisait rage dans le village. Les maisons flambaient l’une après l’autre et lorsque nous descendîmes dans le bas du village vers six heures du soir, nous vîmes que des dégâts irréparables étaient faits.

Lire la suite Souvenir de Guerre de C. Tuot (3)

Souvenirs de guerre de C. Tuot (2)

Souvenirs de guerre août-novembre 1914

Auteur du carnet : Charles Tuot, habitant de Luzy-Saint-Martin, ne fut pas mobilisé en raison de sa santé fort altérée. Dernier sabotier du village, il fut un témoin direct de la bataille de Cesse et Luzy des 26, 27 et 28 août 1914

Le document a été dactylographié à la demande de Monsieur l’abbé Mellier. J’ai retranscrit, ci-dessous, le texte à l’identique.

2e partie

[…] Les coloniaux, pendant ce temps, étaient revenus et avaient placé des chariots à l’entrée des rues et des ruelles comme barricade. Pendant la nuit, la canonnade cesse et, tout à coup, la canonnade éclate devant notre porte. C’est une patrouille allemande qui est surprise. Après quelques coups de feu, on entend crier “À la baïonnette !” Et au bout de quelques minutes, tout bruit cessa.

Lire la suite Souvenirs de guerre de C. Tuot (2)

Souvenirs de guerre de C.Tuot (1)

Souvenirs de la guerre août-novembre 1914

Auteur du carnet : Charles Tuot, document dactylographié à la demande de Monsieur l’abbé Mellier. J’ai retranscrit, ci-dessous, le texte à l’identique.

1re partie

Préambule

Charles Tuot fut sous-officier artilleur à Saint-Mihiel durant son service d’active. On ne le mobilisa pas en 1914 en raison de sa santé fort altérée. Resté à Luzy, il fut témoin de la bataille qui opposa les troupes françaises et allemandes pour la traversée de la Meuse. Arrêté comme otage, il écrivit ce texte au cours de sa détention dans le camp de prisonniers civils et militaires français situé à Grafenwöhr, en Bavière. Dernier sabotier de Luzy-Saint-Martin, il mourut épuisé par de longs mois de captivité. Le témoignage de Charles Tuot, conservé par sa famille, fut prêté à Monsieur l’abbé Mellier, de Cesse, qui, conscient de la valeur documentaire de cet écrit, le fit dactylographier avant de le restituer à ses propriétaires.

Lire la suite Souvenirs de guerre de C.Tuot (1)

Les terres sacrées

Ce texte extrait du Bulletin Meusien que j’ai retranscrit, est un peu tiré par les cheveux dans sa forme mais exprime bien le ressenti des populations exilées, de retour dans leur village.

Les terres sacrées

Cette dénomination ne s’applique pas seulement à celles où reposent les nobles victimes qui ont fait le sacrifice de leur vie pour défendre la patrie. Elle concerne aussi toutes les localités de notre région qui ont vu s’écouler le flot des ennemis et qui ont toutes plus ou moins payé leur tribut à la guerre. Un circuit aux environs de Stenay nous a permis de parcourir un coin de terre qui a particulièrement subi les épreuves de la guerre. Stenay a été atteint partiellement : un quartier près de la place de la Fontaine a été brûlé : les maisons avoisinant les ponts du canal et de la Meuse ont été détruites par les Allemands : tous les ponts sautés ont été faits en bois (sic).

Lire la suite Les terres sacrées