Francfort vs Versailles

Il y a 48 ans

Le traité de Versailles signé le 28 juin 1919, a toujours été considéré, par les Allemands, comme un diktat, c’est-à-dire comme une imposition de clauses non négociées. C’est oublier, sans doute, que les Prussiens avaient agi de même, en 1871, si on en croit l’article publié dans le journal « La Croix », paru le 11 mai 1919.

Il y a 48 ans, Versailles voyait, comme aujourd’hui, des négociateurs se réunir pour parler de la paix. Mais en 1871, les vaincus, c’était nous ; le Prussien triomphait avec morgue.

Lire la suite Francfort vs Versailles

Union nationale des combattants

Union Nationale des Combattants (U.N.C.)

Devise : « Unis comme au front »

Journal : « La Voix du combattant »

Historique

Créée au lendemain de la Grande Guerre (J.O. du 11 décembre 1918), à l’initiative de Georges Clémenceau et du Révérend Père Daniel Brottier, cette association est reconnue d’utilité publique par décret du 20 mars 1920.

Son but consiste à faire reconnaitre le droit à réparation et à considération de la nation envers les anciens combattants, tout en préservant la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour le pays, par des actions pédagogiques et commémoratives.

Elle reste, avec l’Union Fédérale, une des deux grandes organisations patriotiques de l’entre-deux-guerres.

Lire la suite Union nationale des combattants

dans les pas d’émile Désiré Benay

Pèlerinage des descendants de ce vaillant sous-officier, à l’endroit même de son sacrifice.

Samedi 11 avril 2015, j’accompagnais dans la tranchée de Calonne, Christian, Alain et Olivier Benay, sur les lieux où Émile Désiré fut mortellement blessé, le 23 juin 1915.

Ce pèlerinage dans les derniers pas de ce héros, n’a pu se réaliser que grâce à un heureux concours de circonstances que j’aimerais relater ici, tant il reste pour moi, un cas d’école.

Tout commence en début 2012 ; j’avais entrepris, depuis quelques mois, des recherches sur les soldats stenaisiens morts pour la France pendant la Grande Guerre, et j’essayais de prendre contact avec d’éventuels descendants pour collecter des informations et des photos qui devaient me permettre d’illustrer les fiches individuelles que j’élaborais.

Lire la suite dans les pas d’émile Désiré Benay

La vengeance de M. « Doucement »

Retranscription d’un récit paru dans la revue du Souvenir Français n° 498.

Le texte est poignant et je n’ai pu m’empêcher de le partager. Il nous fait regarder la vie avec humilité et en toute simplicité.

La vengeance de Monsieur “Doucement”

Monsieur Doucement était un pacifique, ce qui n’est pas le cas de tous les pacifistes. Dans sa vie paisible, il avait de son mieux évité les querelles et travaillé à les apaiser parmi ses parents, amis, voisins, collègues.
Fonctionnaire modèle jusqu’à la cinquantaine ; savant consciencieux plus occupé de son laboratoire et de ses collections que des rivalités et des ambitions, il était toujours demeuré au second plan parce qu’il n’avait rien d’un combatif, détestait la lutte et les bourrades et prétendait dénouer tous les conflits avec de la patience et de la bonne volonté.

Lire la suite La vengeance de M. « Doucement »

Lorin Ernest Jean-Baptiste

Source : mémorialgenweb
Lorin Ernest Jean-Baptiste
4e régiment de tirailleurs algériens
Mort pour la France

Biographie

Lorin Ernest Jean-Baptiste est né le 15 novembre 1885 à Cervisy. Fils de Pierre, manœuvre, et de Vaulard Philomène, sans profession, il est employé comme manœuvre à Stenay.

Il se marie le 6 janvier 1914, à Mohon, avec melle Delavallée Blanche Germaine. Ils habitent dans la région parisienne, à Gagny, dans le 93. Ils ont un enfant, Raymond, né à Sousse en Tunisie, le 25 octobre 1914.

Lire la suite Lorin Ernest Jean-Baptiste

Monument aux morts, (info)

Membres du comité du monument aux morts de Stenay

Composition du comité à la date du 1er mai 1921

Présidents d’honneursFonctions
Mme Jodin (1)Présidente du  comité des pupilles de la Nation
M. le général PouginGénéral de brigade
 M. l’abbé MoutonCuré doyen de Stenay
 M. DrappierMaire honoraire de Stenay
 BureauFonctions
M. CharlotConseiller général (président)
M. PrimardMaire (vice-président)
M. PierrotConseiller d’arrondissement (vice-président)
M. VigourConseiller municipal (trésorier)
M. CremonConseiller municipal (secrétaire)
 MembresFonctions
M. RidouardPremier adjoint
M. RenaultDeuxième adjoint
M. BastienPrésident du groupe économique des intérêts
M. ColinVice-président O.N.A.C.
M. DuchêneConseiller municipal
M. GerbeauxPrésident des médaillés militaires
M. le Baron de MaretPrésident de la Sentinelle
M. GuilmartConseiller municipal
M. JiasonPrésident de l’Espérance
M. LallemandPrésident honoraire du groupe symphonique
M. PoterlotPrésident du groupe symphonique et C.M

À la suite de la création de ce comité, un article parut sur le Bulletin meusien qui informait la population en ces termes :

“Dans le but d’éviter toute omission dans l’établissement de la liste des noms des enfants de Stenay qui figureront sur le monument, le Comité serait reconnaissant à leurs parents et amis de s’assurer de leur inscription. Prière de s’adresser au Maire.

Puis en juillet 1922 :

“La population est avisée que la liste des noms des Morts militaires et civils à inscrire sur le monument, est déposée à la Mairie, où elle peut être consultée, afin d’éviter des omissions.Il ne pourra plus être tenu compte des réclamations qui seraient présentées après le 15 août 1922.” 

(1) Mme Jodin est présidente de la section cantonale des pupilles de la Nation.

Source : Le Bulletin meusien, mai 1921

Sépultures militaires ; qui fait quoi ?

Retranscription d’un texte qui m’a été communiqué par le comité du Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse.

Par une question écrite n° 78803 du 22 novembre 2005, le député U.M.P. de l’Eure, Jean-Pierre NICOLAS, a attiré l’attention du ministre délégué aux anciens combattants sur l’entretien des tombes des anciens combattants de la guerre 1914-1918. Pour cet élu, de nombreuses tombes où reposent les « poilus » de la Première Guerre mondiale qui ont défendu la France, sont désormais abandonnées par manque de famille.
Visiblement choqué par cette constatation, il a donc sollicité un examen attentif de cette question et souhaité savoir si l’État pouvait, en collaboration ou en partenariat avec les communes concernées, faire en sorte que nos soldats « morts pour la France » lors de la Première Guerre mondiale aient une demeure digne.

Lire la suite Sépultures militaires ; qui fait quoi ?